Un besoin de communiquer localement sur les spécificités du magasin

En marge de la communication nationale et régionale (opérations commerciales relayées le plus souvent dans les imprimés publicitaires), les magasins ont bien d’autres singularités à promouvoir :

Le saviez-vous ?

0 %

des clients en magasin déclarent ne pas lire ou recevoir les prospectus. ¹ 

0 %

des mobinautes souhaitent recevoir des offres promos lorsqu’ils passent à proximité d’un magasin.³ 

0 %

des internautes se renseignent sur les promotions avant de se rendre en magasin ²

(1) C’est en tout cas le résultats d’une étude réalisée par nos soins en 2018, directement dans les points de vente de nos annonceurs! Notre solution est faite pour s’adresser à tous ceux de votre zone de chalandise qui n’ont aucune connaissance de vos offres… Laissez-nous vous expliquer (2) https://bit.ly/2QHGUOz page 15 (3)Web-to-store BVA pour Mappy  https://bit.ly/2FNl6uN

La communication prospectus n'est plus aussi efficace !

Depuis toujours, le catalogue papier reste le moyen de communication le plus plébiscité par la grande distribution alimentaire. Si son impact sur le chiffre d’affaires n’est plus à démontrer, rares sont les magasins qui sont capables de dire dans quelles proportions.L’autocollant Stop Pub qui a vu le jour dans les années 2000 gagne du terrain et conquiert de plus en plus de foyers français. Aujourd’hui, un tiers de la population serait réfractaire à la publicité papier.La généralisation de la prise de conscience écologique ne va qu’accentuer ce phénomène lorsque l’on sait que chaque foyer reçoit entre 30 et 40 kg de publicités dans sa boite aux lettres chaque année.

(1) Etude sur l’empreinte carbone du prospectus

Onéreuse pour les consommateurs et les distributeurs (taxe Citeo de plus en plus élevée), les enseignes de grande distribution alimentaire réduisent progressivement leurs investissements sur ces supports voire les suppriment totalement de leur plan de communication, à l’instar de Monoprix en janvier 2019.
14 fois moins polluant que les prospectus ¹, offrant la possibilité de cibler précisément les prospects et clients du magasin, la communication sur le web apparaît comme la meilleure alternative à tous points de vue.
Plus responsable, mieux ciblée et donc plus efficace lorsque l’on sait que « près de 90 % des prospectus sont jetés sans même avoir été lus » (selon Régis Schultz, PDG de Monoprix dans son interview aux Echos.fr).

 

Illustration représentant deux pointeurs de localisation, le premier et plus petit symbolise les média classique, prospectus, radio, presse, affichage, le deuxième plus grand symbolise le web display, programmtic qui permet d'améliorer considérablement le ciblage de sa communication.

Une mutation profonde des habitudes de consommation

Illustration représentant deux pointeurs de localisation, le premier et plus petit symbolise les média classique, prospectus, radio, presse, affichage, le deuxième plus grand symbolise le web display, programmtic qui permet d'améliorer considérablement le ciblage de sa communication.

Les campagnes de prospectus, d’affichage, de radio et presse locale ne permettent pas de toucher l’ensemble des clients potentiels du magasin.

Quant au web en display classique, même s’il a le mérite d’adresser les internautes, il peut être contraignant pour les annonceurs :

Globalement, les clients du magasin ne sont plus forcément là où on les attend.

Ils consomment autrement, sont hyper connectés et sur-sollicités par les marques.

La publicité est tolérée si elle est pertinente et survient au bon moment et au bon endroit.

Une mutation profonde des habitudes de consommation

illustration d'un pictogramme de magasin avec une lumière jaune au dessus représentant la réflexion. Au dessous, un illustration représente des boutons qui permettent l'ajustement. Tout en bas, 3 avatars, personnages dont un avec un motif de mécanisme situé sur sa tête représentant le comportement du consommateur face à la nouvelle idée du magasin.
Le comportement du consommateur change, les enseignes doivent s’y conformer !C’est bien connu, le client est roi et les magasins doivent s’adapter aux attentes des consommateurs pour maintenir leur audience, conserver la fréquentation de leurs magasins et fidéliser leurs clients. L’enjeu majeur : pouvoir répondre à leurs besoins de manière instantanée avec des offres pertinentes, voire anticiper la demande.Sur-sollicité, le client n’a plus à aller chercher les offres, elles viennent à lui, en nombre.
illustration d'un pictogramme de magasin avec une lumière jaune au dessus représentant la réflexion. Au dessous, un illustration représente des boutons qui permettent l'ajustement. Tout en bas, 3 avatars, personnages dont un avec un motif de mécanisme situé sur sa tête représentant le comportement du consommateur face à la nouvelle idée du magasin.
Illustration, schéma d'un avatar face à l'offre d'un service drive, d'un pure player et d'un magasn classique au travers d'un ordinateur. Un chemin différent reliant directement l'avatar vers le magasin classique est représenté afin de schématiser la valeur ajoutée que permet la solution ad4 food.

Il est primordial que la GSA s'impose sur le web, en particulier pour afin de faire connaître ses offres.

Montée constante du e-commerce et du drive

Comment mettre en valeur les offres d’un magasin face à la présence sur internet d’offres de la même enseigne en drive ?
Ou de concurrents qui vendent également leurs produits en ligne ?

Illustration, schéma d'un avatar face à l'offre d'un service drive, d'un pure player et d'un magasn classique au travers d'un ordinateur. Un chemin différent reliant directement l'avatar vers le magasin classique est représenté afin de schématiser la valeur ajoutée que permet la solution ad4 food.

Faire passer l’internaute du digital au magasin physique est plus complexe que de communiquer sur internet pour attirer les consommateurs sur un site de vente en ligne, il n’y a pas de rupture du canal de vente.

Les grandes surfaces alimentaires doivent faire face à une concurrence accrue du e-commerce aussi bien sur les produits alimentaires (+10% par an en moyenne d’ici 2021 pour représenter près de 8% des ventes totales de PGC FLS¹) que le reste de leur assortiment.

Lorsque les internautes recherchent des informations et comparent les prix pour des achats non alimentaires (financièrement plus engageants), ils se tournent en priorité vers les pure players tels que AmazonCdiscount ou Rue du Commerce

Et ce, sans même penser que les grandes surfaces, près de chez eux, sont souvent mieux placées en terme de prix que leurs concurrents e-commerçants.

Non contents de grignoter vos parts de marché, ils misent aussi sur les supports de communication traditionnelle : publicités dans la presse locale et catalogue papier d’Amazon pour les fêtes de fin d’année. Ils investissent également vos points de vente puisque la plupart des enseignes GSA offre le service de relais colis pour la réception des commandes en ligne.

Enfin, on voit fleurir depuis quelques mois des casiers Amazon Locker sur les parkings des magasins ou dans les galeries commerciales.

(1) Estimations et prévisions Xerfi Precepta

En conclusion

En conclusion, pour s’adapter à ce contexte, nous sommes convaincus que les hypermarchés et supermarchés doivent sortir d’une posture défensive et s’imposer sur le media, de loin le plus consommé par leurs clients.

En moyenne en France, on décompte pas moins de 4h48 passées sur internet par jour dont 1h42 sur mobile ³.

Il est donc primordial que la GSA s’impose sur le web, en particulier pour sa communication digitale au niveau local afin de faire connaître ses offres.

 

(3) 2016 Digital Yearbook from We Are Social Singapore + https://bit.ly/2H8aV5r

Objectif

Notre objectif est de fournir aux acteurs de la GSA, les mêmes armes et la même agilité que celles dont disposent les e-commerçants, qui menacent de plus en plus leur business, notamment sur le non alimentaire

Source : (3) 2016 Digital Yearbook from We Are Social Singapore + https://bit.ly/2H8aV5r

Solution clé en main

Evidemment, les directeurs et associés des magasins de grande distribution n’ont ni le temps, ni les ressources techniques nécessaires pour gérer ce type de campagnes et ont besoin d’une solution clé en main, avec un référent unique et garantissant une efficacité publicitaire en magasin.

AD4FOOD qu'est-ce que c'est ?

C’est pour répondre à cet impératif que nous avons développé AD4 FOOD : une solution digitale, clé en main, permettant aux enseignes d’exister localement sur le web en ciblant les clients et prospects de leur territoire d’influence pour générer du trafic dans les points de vente.

Une solution évolutive

Et comme, toutes ces nouvelles technologies ne cessent d’évoluer, notre solution et notre équipe suivent la tendance. Nous nous employons à faire évoluer AD4 FOOD de façon continue pour maximiser l’audience et la présence de nos clients à chaque prise de parole sur le digital.